Les Meufs "Cougar" N'existent Pas

Garder une cougar ou deux dans votre rayon peut couramment être du bon « sexe rien prise de tête » dont vous avez besoin après le « porno fréquemment source de confusion » avec les plus sexy jeunes demoiselles. SI vous êtes un adeptes des sites de rencontres, répondre à une annonce de gonzesse cougar ne vous engage à rien. Vous pouvez également rappeler ces dames des paye plus tard et, si elles sont encore dispo, y aller à nouveau - elles-mêmes n'ont de toute manière aucune attente utopique de la relation. C'est une relation win-win.

Si en 2012 le Petit Lolo reçoit le mot « cougar », la richesse sémantique qu'il lui attribue laisse à désirer. Or précisément, il est bien question du désir qu'éprouve une fille pour un mâle plus jeune actif - ou que fait naître une meuf chez un type plus jeune - et de l'incalculable nombre de tournures que peuvent prendre les nouveauté: désir bafoué, fantasmé, consommé… Pour notre plus grand bonheur, ça n'a pas échappé à Clélia Renucci, éducatrice de lettres, qui publie Libres d'aimer, les cougars dans la littérature, un livre aussi pertinent que réjouissant. D'une écriture généreuse et gorgée d'humour, l'auteure nous invite à (re)colporter certains traditionnelles de la littérature française et européenne avec un œil aguerri (et bienveillant): car l'attirance n'est l'apanage d'annulé âge.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *